Mispec Beach et Cape Spencer

Mispec Beach et Cape Spencer

Premier samedi d’octobre, le temps est splendide même si le vent est à tendance glaciale. Du coup, comme nos affaires sont toujours quelque part sur l’Atlantique entre l’Europe et ici, il a fallu trouver un bonnet et des gants, deux accessoires dont nous ne pensions pas avoir besoin avant un mois ou deux.

Donc, nous voici en route dans un coin de Saint Jean vers lequel nous n’étions encore jamais allés : faut dire qu’à vue de nez et au premier coup d’œil, ce n’est pas forcément l’endroit qu’on cible en premier. Il faut en effet se diriger vers le cœurs de l’empire industriel et économique du NB, berceau des activités Irving : Irving Paper, Irving Oil, Irving truc, Irving Machin… Irving Oil, c’est à ce qu’on nous a dit la plus grande raffinerie du pays, information non vérifiée mais probablement vraie car le port de Saint Jean a le gros avantage d’être situé dans des eaux de la côte Est du Canada qui ne sont pas prises par les glaces en hiver. Les pétroliers, en provenance du Golfe rejoignent donc la baie de Fundy, et se branchent au terminal pétrolier installé au large des côtes. De là, en quelques kilomètres, le brut coule jusqu’à la forge à pétrole où les « torcher », façon Feyzin, brûlent en permanence les reliquats gazeux.

Premier arrêt à Mispec Beach : un petit air de paradis non ? Admirez ses eaux turquoises, sa plage de sable lovée dans une large crique. A voir les photos on pourrait en faire un argument de visite pour convaincre les touristes de venir s’émerveiller. Reste que les photos travestissent souvent (toujours ?) la réalité. En face de la plage se situe en effet le fameux terminal pétrolier. C’est tout de suite beaucoup moins glamour.

Vous ne prenez pas une photographie, vous la faites

Ansel ADAMS

Deuxième arrêt au phare de Cape Spencer : le hasard nous y a guidé. La route s’arrête là, après une dernière descente vertigineuse à 20%. On ne fera pas trop attention aux graffitis sur le phare ainsi qu’aux déchets jetés sur le parking par quelques abrutis trop faignants pour ramener leurs gobelets de café jusqu’à une poubelle. En revanche, on pourra rester sans voix devant le panorama sur la baie. On devine au loin la côte de la Nouvelle Écosse. Au bout de quelques mètres de marche, le joli sentier qui serpente à flanc de falaise vous emmène dans des bosquets de pins, flirte avec le vide puis emmène les plus audacieux jusqu’à la mer, où, selon certains dire, on pourrait à force de patience et de silence, observer les phoques se prélasser au soleil.

Pas de phoques pour nous ce jour, mais une énorme bouffée d’air frais, qui nous laissera au final complètement épuisés. Et un immense et bienfaisant moment de contemplation.

  • Un peu de géographie

5 réflexions sur « Mispec Beach et Cape Spencer »

  1. 👍👏
    C est bizarre comme les couleurs et la lumière rappellent que si l’océan est le même les températures sont déjà très différentes.
    Dommage pour les phoques, il faudra leur demander de faire un effort…

  2. C’est beau beau beau….
    Mais il manque … la flamme du pétrole, les bonnets sur vos têtes, le phare et ses déchets… là bas aussi des graffitis !!!
    et des bords de mer poubelles ? Oh non !!!

  3. Hiya! I’ve read all the articles posted so far and mostly had a good look at the photos you’ made’ and not took:) You’re a talented photographer so keep on making them !!
    Take care xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *